L’ATTAQUE CHINOISE VIA LINKEDIN.

Historique de Linkedin.

Mai 2003. Lancement en Californie du réseau Linkedin par Reid Hoffman, Allen Blue, Konstantin Guericke, Éric Ly et Jean-Luc Vaillant. Treize ans plus tard Microsoft achète le réseau pour 26,2 milliards de dollars.

Février 2014. Lancement de la version chinoise en accord avec les autorités de Pékin.

Pour rappel, en 2019, Linkedin a 645 millions de membres, dont 40 millions sont des décisionnaires. 100% des entreprises de la Fortune 500 (le CAC 40 américain) sont représentées par des cadres sur le réseau. Un véritable territoire de chasse !

Les Chinois préparent l’opération.

Juin 2017. Promulgation à Pékin de la loi sur le renseignement national, dont l’article 7 oblige « toute organisation à collaborer aux missions de renseignements nationaux ». La collaboration ente institutions de renseignements et institutions du secteur privé franchit un cap significatif passant désormais du rang d’échange tacite au rang de devoir pour la sécurité nationale.

 En Chine les services secrets sont placés directement sous la coupe de Xi Jinping, président de la République populaire de Chine. La commission centrale de sécurité nationale est créée en novembre 2013 à sa demande, et il la préside à compter de l’année suivante. L’utilisation des réseaux sociaux tels que Linkedin pour toucher des cadres et des responsables politiques et économiques est une forme de renseignement humain. Mais en phase industrielle ! Des dizaines de milliers d’agents sont utilisés à cet effet, dans le cadre de la politique volontariste de l’économie chinoise.

La tactique

14 juillet 2017. Le B.F.V. (Bundesamt für Verfassungsschutz) l’office fédéral de la protection de la constitution placé sous l’autorité du ministère fédéral de l’intérieur allemand lance une alerte sur l’utilisation du service de renseignements chinois, le Guoanbu, pour recruter des informations sur le le réseau Linkedin. Dans le monde entier, plus de 1000 personnes en position d’intéresser les services chinois ont été approchées dans les règles de l’art. La note du renseignement français de 2018 est explicite : « par l’envoi de messages standardisés, les officiers chinois expliquent d’être la recherche d’experts internationaux et proposent aux personnes ciblées des opportunités de collaboration généreusement rémunérées. En cas de réponse positive et en fonction du profil de la cible, cette dernière est évaluée puis invitée gracieusement à l’étranger pour participer à un séminaire, donner des conférences, rencontrer un client potentiel ou négocier les termes d’un contrat. » Lorsque les services allemands ont repéré ce manège ; ils ont constaté que les « invitants » utilisaient des identités fabriquées, que leurs photos et leurs profils étaient des inventions et qu’ils disposaient de gros moyens. Les services français notent qu’après les premiers contacts, et de retour dans son pays, la cible reçoit des instructions de son correspondant chinois qui lui demande régulièrement la rédaction de notes d’analyse s’appuyant sur des informations confidentielles

L’alerte des services de renseignements français.

19 octobre 2018. Diffusion par la D.G.S.I. et la D.G.S.E. d’une note d’alerte à l’intention des ministères français. Cette note a pour objet de sensibiliser plusieurs centaines de hauts fonctionnaires français sur les méthodes de recrutement chinois sur Linkedin. Le Guanbou est mis en cause. À cette date, les services de renseignements français estiment que plus de 1 700 personnes ont été visées sur les réseaux sociaux pour tenter de leur soutirer des renseignements sensibles en les achetant. La conduite d’une opération d’espionnage à l’échelle industrielle ne peut être effectuée que par des services disposant de moyens énormes, prioritaires aux yeux du gouvernement.

La main dans le sac.

Bien entendu, les Chinois auraient largement préféré ne pas être pris la main dans le sac. La meilleure façon de faire échouer l’opération d’espionnage, c’est de la dévoiler. En lançant des alertes spectaculaires, les services européens concernés ont démontré qu’ils ne prenaient pas l’affaire la légère et qu’elle leur semblait faire peser un risque sérieux sur la sécurité économique de la France et de l’Allemagne. En agissant de la sorte, ils ont repris la main. Mais il serait naïf de penser que les Chinois abandonneront leur tentative. L’agressivité commerciale et politique est une attitude : ils continueront à utiliser leurs services secrets à cette fin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :